Aïkido

Morihei Ueshiba, fondateur de l'Aïkido

L'Aïkido est une voie martiale fondée par Morihei Ueshiba (1883 - 1969). Issue des techniques guerrières des samouraïs japonais, son fondateur, communément appelé O senseï, la considérait comme une voie de purification et d'élévation de l'homme. Il n'existe donc pas de compétitions en Aïkido.

L'Aïkido est aujourd'hui l'un des arts martiaux les plus pratiqués grâce aux élèves directs d'O senseï qui firent connaître l'art de leur maître aux quatre coins du monde. La France est ainsi le pays où l'on compte le plus de pratiquant après le Japon.

L'Aïkido inclue la pratique de techniques de frappes, d'immobilisations et de projections à mains nues, de même que le travail au sabre (bokuto / bokken), au bâton (jo) et au poignard (tanto). 



Le Kishinkaï

Le Kishinkaï (喜振会) est une école d'Aïkido fondée par Léo Tamaki. Il ne s'agit pas d'une fédération, ni d'une école traditionnelle (Koryû), mais plutôt d'un courant de pratique. Ainsi, le Kishinkaï rassemble des adeptes dont la pratique est fondée sur des principes communs, une éthique partagée et une même direction de travail, mais dont l'expression formelle peut différer.

Le nom de l'école est composé de trois kanjis喜 : se réjouir, 振 : approfondir et 会 : le groupe, l'école. Le Kishinkaï est donc l'école dans laquelle les adeptes approfondissent la voie dans la joie.

D'un point de vue technique, le Kishinkaï Aïkido développe son travail à partir de l'idée que l'adversaire est plus fort, plus rapide, potentiellement armé... et qu'il faut pourtant faire preuve de bienveillance à son égard ! Le travail sur la lecture d'intention, la légèreté du contact, le relâchement musculaire ou la souplesse de déplacement est donc prépondérant. 
Comme les techniques sont effectuées sans contraintes, mais en privilégiant la création de déséquilibre, la pratique détend et relâche les tensions.
Cette manière d'aborder l'Aïkido permet aux plus jeunes, comme aux moins jeunes, d'avoir leur place sur les tatamis !