Un personnage hors-normes s'en est allé... Au revoir René !



René Trognon nous a quitté ce dimanche 19 juillet 2020 à l'âge de 80 ans
J'ai rencontré pour la première fois René Trognon alors que j'étais enfant. C'était un ami de mon père, Jean-Marc Chamot et, un été, il nous avait généreusement prêté sa maison de Charmes. J'ai énormément de souvenirs associés à ces vacances. Cet été-là sur le poste de télévision de René j'ai découvert pour la première fois Zorro, en noir et blanc. J'ai également goûté aux cuisses de grenouilles que mon père avait pêché dans les étangs de sa propriété. Et il y a aussi le souvenir de cette clé qui était restée coincée dans une serrure, cassée nette, et que mon père avait réussi à extraire à l'aide à l'aide d'un hameçon...
J'ai ensuite revu René à l'occasion de mes études d'ingénieur à Nancy. Avec un ami nous avions eu le projet de réaliser un court-métrage pour un concours étudiant. Par l'entremise de mon père j'ai sollicité René Trognon et Dominique Pierre (également enseignant d'Aïkido, mais aussi de Karaté-Do Shotokaï et de Iaïdo) pour leur proposer de jouer dans le film. Alors encore peu investi dans la pratique martiale, je n'avais aucune idée de qui j'avais affaire... Il s'agissait simplement pour moi d'un ami de mon père ! René a gentiment accepté de se prêter au jeu. En l'occurrence il s'agissait de jouer un sourd-muet, ce qui à l'époque avait beaucoup fait rire Dominique. En effet René était d’habitude très, très bavard...
Par la suite j'ai eu l'occasion de le recroiser lors des stages d'été dans les Vosges que mon père co-animait avec Dominique Pierre, Tiki Shewan et le regretté Philippe Delage, également décédé récemment.

Tiki Shewan, René Trognon, JM Chamot, Dominique Pierre (2012)

Au-delà de la forme technique de René – peut-être un peu trop « classique » pour moi – j'ai été très marqué par sa capacité à manier la langue. Il n'était pas toujours d'un abord facile, mais faisait preuve d'une grande intelligence sociale. Il savait manier les mots et les utiliser pour prendre sa place. De ce point de vue-là c'était un véritable Budoka du verbe.
Je ne l'ai malheureusement pas suffisamment connu pour me réclamer de son enseignement, mais il m'a très certainement marqué. Nous sommes tous entourés de personnes qui nous marquent. Parfois par une attitude, parfois par de simples paroles. Nous apprenons d'eux parfois à notre insu et j'espère garder encore longtemps vivants en moi les enseignements de René.

Lors du stage de Saulxure sur Moselotte (2012)


Articles les plus consultés

Les 31 mouvements interdits du MMA

Six minutes !

Être bon en Aïkido ?

Utiliser la force de l'adversaire...

Enseigner vraiment, pour se laisser enseigner