Choisir son professeur d'Aïkido

Il n'y a probablement pas d'enseignant idéal. En revanche il y a des enseignants qui nous correspondent plus que d'autres.Voici quelques questions pour vous aiguiller dans votre recherche...

Comment savoir si mon futur prof est un bon technicien ?
Pour évaluer le niveau de votre futur prof, il vous faudra « voir au-delà de la technique ». Même si vous ne connaissez rien aux arts martiaux, vous pouvez percevoir la qualité d'un geste sans en connaître son contexte : on peut très bien apprécier de la musique sans en lire une partition.
Attention toutefois ! La pratique martiale ce n'est pas s'agiter dans tous les sens, gesticuler, projeter ses partenaires violemment ou en criant : le chien qui aboie le plus fort n'est pas forcément le plus dangereux...
Plus le sommet approche plus efforts sont intenses...
Si vous n'êtes pas capable d'évaluer son niveau, référez-vous à son grade, c'est bien commode.
Attention toutefois ! Le grade ne reflète pas le niveau. Le niveau fluctue, là où le grade stagne. Cela peut simplement être dû à la quantité et à la qualité d’entraînement, à l'âge, ou encore à la variation du niveau global. Être un joueur de tennis « bien classé » en 1990 ne signifie pas nécessairement l'être encore aujourd'hui.
Votre enseignant vous apprend à marcher, mais doit aussi savoir courir, car votre véritable objectif c'est de courir, et de plus en plus vite. Il lui faut donc conserver sa longueur d'avance et continuer à s'entraîner dur. Plus le sommet approche, plus les efforts sont intenses et les pas petits.

Est-ce qu'il continue à s'entraîner et à se former ? Est-ce que c'est joli quand il bouge ? Est-ce que c'est joli quand il est immobile ? Est-ce que ses gestes sont « vivants »? Est-ce qu'il vous « bluffe » ? Est-ce qu'il vit son art ?

Comment savoir si mon futur prof est pédagogue ?
Ce n'est pas parce qu'il ne parle pas qu'il ne fait pas preuve de pédagogie. Ce n'est pas parce qu'il explique qu'il sait ce qu'il dit. Ce n'est pas parce qu'il vous met en difficulté qu'il ne vous respecte pas, au contraire. Un travail profond ne se fait pas sans difficultés. Il faudrait le remercier de prendre votre cas suffisamment au sérieux pour refuser de vous enseigner des choses trop triviales qui ne font pas progresser.
Comment être certain que votre enseignant ne vous maintient pas - volontairement ou inconsciemment - dans l'ignorance ? Allez voir d'autres professeurs. Notre univers est souvent borné parce que quelqu'un nous a dit qu'il l'était.

Est-ce qu'il vous regarde quand vous pratiquez ? Est-ce qu'il vous fait ressentir la technique et est-ce qu'il vient ressentir la vôtre ? Est-ce qu'il cherche vraiment à vous faire progresser ? Est-ce qu'il cherche à vous rendre autonome ? Est-ce que vous percevez ce que vous avez à faire pour bouger comme lui ? Répond-il vraiment aux questions qu'on lui pose? Ou bien sort-il des poncifs lorsqu'il n'a pas la réponse ? Percevez-vous les leviers pédagogiques employés ? Un programme d'enseignement se dessine-t-il sur l'année ? Comment parle-t-il de ce qu'il pratique et enseigne ?

Est-ce que l'ambiance du dojo c'est important ?
On a longtemps pensé que l'enseignant en arts martiaux devait être autoritaire et « faire la gueule » pour être crédible. Les maîtres les plus avancés sont plutôt des personnes ouvertes et promptes à rire. Il ne faut pas confondre « pratiquer avec sérieux » et « se prendre au sérieux ». Si l'ambiance d'un dojo est bonne, tant mieux ! Il est plus facile d'apprendre quand le cadre est facilitant. Si ce que vous apprenez vous plaît, mais que l'ambiance ne vous correspond pas, persévérez.
Observez les élèves qui sont là depuis longtemps : Sont-ils épanouis, souriants (sans être de doux illuminés) ? Pratiquent-ils avec sérieux ? Arborent-ils une triste mine ? Sont-ils soumis ? Obséquieux ? Désinvoltes ?

Et vous ?
Qui voulez-vous être ? Allez-vous choisir l'environnement, le prof, la discipline qui vous permettent d'atteindre vos objectifs ? Allez-vous être assidu et tout faire pour recueillir la moindre miette de ce qu'on aura à vous donner ? Votre investissement personnel sera-t-il à la hauteur de vos attentes ? Allez-vous être présent à ce qui va vous être enseigné ?

Ne commettez pas l'écueil de choisir absolument le dojo le plus proche, aux horaires les plus adaptés, au plus bas prix. Allez voir ce qui se fait autour, creusez, retournez toutes les pierres ! Faites le kilomètre en plus, le cours d'essai supplémentaire. Trouvez la pratique qui vous correspond. Faites fi des contingences matérielles.
Ne vous laissez pas rebuter par la distance, peut-être que d'autres élèves viennent de plus loin encore !
Ne vous laissez pas rebuter par une cotisation qui vous semble trop élevée. Les arts martiaux sont là pour vous aider à réaliser votre potentiel. Cela n'a pas de prix. Ça va vous coûter tout ce que vous avez pour être tout ce que vous pouvez être...

Bon voyage !

Pour poursuivre dans la même veine :