La sagesse du corps

Le Taj Mahal - printemps 2010
Alors que je voyageais paisiblement en Inde, une intoxication alimentaire me frappa subitement dans un restaurant de Calcutta. Cloué au lit pour une semaine, j'eus le loisir d'étudier cet ouvrage acheté quelques jours plus tôt : « Soyez votre propre docteur avec l'acupression* ».
J'étais tout simplement fasciné par l'idée de pouvoir guérir mon mal avec mes simples mains, sans ces intrants chimiques qu'on appelle médicaments. Comment était-il possible de guérir l'intérieur (de mon ventre) en partant de l'extérieur ?

Quelques années plus tard, après moult lectures et armé d'une formation de Shiatsu, j'eus des réponses...


La première idée qui vint fut la suivante : dans la nature il n'y a pas de médecin. Cette simple remarque a des conséquences dramatiques ! Cela signifie que le corps humain (au même titre que les animaux ou les plantes) possède en lui les moyens de se guérir.
Lorsque l'on coupe la branche d'un arbre, celui-ci cicatrise et continue à vivre. De même il est fréquent qu'un chien malade cesse de s'alimenter car il sent que son corps a besoin de repos et que le processus de digestion le fatiguerait davantage qu'il n'apporterait de l'énergie. Dans le même ordre d'idée une simple diarrhée peut avoir pour fonction de débarrasser le corps d'un aliment toxique pour lui.

La maladie est donc un mécanisme de rééquilibrage de l'organisme, elle n'est pas mauvaise en soi.
Dès lors plus besoin de thérapeutes me répondrez-vous ! Idéalement oui. Malheureusement nos modes de vie modernes entrent souvent en contradiction avec les besoins du corps. Qui pourrait refuser d'aller travailler un matin simplement parce que « son corps lui demande du repos » ? Qui préférerait annuler une réunion pour cause de migraine plutôt que de prendre une aspirine et se montrer performant ?

En d'autres termes, comment stimuler les ressources d'auto-guérison de notre corps ? Une des réponses qui vient spontanément à l'esprit est le toucher. Combien de fois a-t-on instinctivement posé sa main sur son front en cas de migraine ? La nature pourrait-elle nous avoir doté d'un réflexe si bizarre s'il n'était pas utile ?

Le toucher permet d'activer la circulation sanguine, de drainer la lymphe, de réguler le fonctionnement endocrinien, d'aider le travail des viscères, d'assouplir les tissus musculaires, de prendre conscience de notre corps...
Méridien de la rate
 En cela il favorise, au même titre que l'activité physique, le rééquilibrage de notre structure. Un toucher expert peut aider le travail quotidien du corps de manière très fine et efficace. On sait à l'heure actuelle que certains points de pression sont directement reliés à des neurones, qui une fois excités vont stimuler telle glande qui produira telle molécule dont le corps a besoin. Bref, nous sommes une pharmacie ambulante qui s'ignore.

La bonne nouvelle c'est qu'un passage chez votre praticien de Shiatsu préféré (!) permet de gérer les affections passagères ou chroniques, mais aussi de resensibiliser votre organisme afin qu'il se rééquilibre seul. Pour emprunter ce doux chemin vers l'autonomie en prenant rendez-vous, c'est ici !

*L'acupression se distingue du Shiatsu par la nature de la pression utilisée. Cette dernière est souvent plus subite et en vrilles là où le Shiatsu applique une pression progressive, perpendiculaire à la surface et directe, sans tourner les pouces.


Note : les idées exposées dans cet article sont le fruit de mes lectures et de ma réflexion, et n'engagent que moi. Le Shiatsu peut accompagner un traitement médical ou thérapeutique, en aucun cas s’y substituer. Je ne pose pas de diagnostic médical et ne recommande pas l'arrêt d'un traitement médicamenteux.
Le Shiatsu n’est ni une pratique médicale au sens occidental du terme, ni un massage, ni une idéologie, mais un art s’inscrivant prioritairement dans le domaine de la prévention, et plus généralement du « bien-être».