Articles

Le monde à l'envers

Image
L'autre jour je regardais une compilation vidéo de mini exploits réalisés par des quidams qui s'entraînent néanmoins beaucoup : sauts périlleux, démonstrations d'adresse et acrobaties en tous genres...
Rapidement j'ai songé que les capacités que l'on développe généralement en Aïkido sont ridicules face à un triple salto effectué du haut d'un immeuble.
Puis j'ai pensé qu'au fond, on ne cherchait pas à réaliser d'acrobaties en Aïkido et qu'on ne pouvait comparer ainsi les disciplines.
Mais quelque chose en moi sentait que cette dernière remarque n'était pas tout à fait exacte. Alors j'ai songé qu'on était très mauvais en pédagogie : la plupart des acrobates semblent jeunes et l'on imagine qu'il ne leur a fallu que quelques années pour atteindre un niveau plus qu'honorable, là où une majorité d'Aïkidokas mettent quelques décennies à être capable de « produire un résultat acceptable d’un point de vue technique ».
Et puis je me…

Aller au bout sans aller au-delà

Image
J'ai été contacté par Marvin, du blog Corps et Esprit Martial afin de participer à un carnaval d'articles sur le thème : « dépasser ses limites ». Le but ? Plusieurs auteurs traitent un même sujet par le biais de leur spécialité. Le blog Corps et Esprit Martial porte sur la préparation physique et mentale pour les arts martiaux et sports de combat. Je vous invite à jeter un œil à certains articles, comme celui-ci.

Les limites sont utiles Une limite est un horizon au-delà duquel on n'arrive pas à aller. Le monde moderne aidant probablement un peu, on pense que si l'on ne dépasse pas ses limites il ne se passera rien dans notre vie. C'est oublier un peu vite que les limites ont une raison d'être. Par exemple, les limites que l'on ressent physiquement servent à nous protéger. Ne pas sentir que la charge est trop lourde ou que l'étirement est trop ample peut nous mener à la blessure. Il apparaît donc nécessaire d'être capable de ressentir ses limites.
Toucher …

Aïkido, martialité et... transferts de compétence

Image
La martialité fait partie des grands thèmes qui déclenchent tout un ensemble de questions préliminaires avant d'être traités. Ainsi, partant du constat que le terme martial évoque la guerre, se pose d'emblée la question de savoir si notre pratique se destine à ce contexte. Souhaite-t-on développer une technique utilisable par des forces armées en temps de guerre ?
Je ne crois pas.

Pourquoi parler de « martialité » alors ? Probablement parce que c'est le terme usuel, traduction approximative de Budo (ou Bujutsu selon les cas). Il est donc vraisemblable que nous employions le terme « martialité » pour signifier autre chose que ce que sa définition stricte laisse supposer. La martialité peut évoquer tour à tour, une attitude belliqueuse mêlée de rigidité, une certaine fermeté dans les gestes, voire une forme de violence, mais aussi une présence à l'instant (voire une hyper-présence). L'image d'une pratique « martiale » est généralement empreinte de dureté.
Il me s…

Être en accord avec soi-même - par Jean-Marc Chamot

Image
Les deux termes (Ki) Awase et (Ki) Musubi font intrinsèquement partie de la nomenclature historique des arts martiaux japonais et ont existé bien avant que l'Aïkido "moderne" ne les emploie. Alors qu'en apparence, ils relèvent plutôt de la sphère conceptuelle que du domaine technique, ils jouent, en réalité, un rôle fondamental dans toutes les pratiques martiales nippones. En Aïkido leur usage est néanmoins plus spécifique puisque l'on peut avancer que c'est seulement lorsque Awase et Musubi sont mis en œuvre que le principe "Aïki" peut véritablement se manifester. Comme toujours, il est nécessaire de définir d'abord un principe par des mots, aussi limitants soient-ils. Nous garderons donc à l'esprit que notre perception analytique bien française différera de celle d'un japonais dont la vision serait plutôt globale. Comme toujours également, si la première difficulté rencontrée par une analyse de ce type réside bien dans son besoin de c…

Nuit des Arts Martiaux Traditionnels 2019

Image
La Nuit des Arts Martiaux Traditionnels (NAMT) est le plus grand événement européen dédié aux traditions martiales. Depuis une douzaine d'année la NAMT a vu se succéder les experts les plus variés et a su rester fidèle à son âme : des démonstrations de qualité à destination d'un public de passionnés.
On le sait, les arts martiaux traditionnels (en particulier l'Aïkido), sont en perte de vitesse. L'enthousiasme manque parfois et les glorieuses années sont derrière nous. Pour autant, les arts martiaux sont encore bien vivants ! Dans un tel paysage, un événement fédérateur tel que la NAMT est revigorant, et tous les ans j'attends ce moment avec impatience !

Cela fait maintenant 3 ans que je seconde Léo Tamaki pour l'organisation de la NAMT. Après la création du nouveau site internet pour l'édition 2017, nous réalisons chaque année de nouvelles améliorations. [Notez que cette année il existe un tarif de groupe : -20% à partir de 5 places réservées.] Le programm…

Déplacements ou des placements ?

Image
C'est à la fois un euphémisme et une évidence de dire que les déplacements sont fondamentaux en Aïkido : n'oublions pas que dans n'importe quel art du mouvement il est nécessaire de se déplacer ! Les mouvements que l'on choisit de travailler sont généralement déterminés par un certain nombre de contraintes. Ces contraintes peuvent être choisies (règles, volonté artistique, etc.) ou imposées (limites de la biomécanique, contexte , etc.). Dans le cadre de la pratique martiale, la contrainte numéro un est de se protéger, de survivre. Il s'agit d'une contrainte imposée par le contexte. Si l'on parle d'art martial on est obligé de conserver cette contrainte dans notre pratique. En revanche, préserver son adversaire est une contrainte choisie. On notera que pour choisir d'épargner il faut être en capacité de détruire, c'est la définition du choix : être capable de pouvoir réaliser les deux options. Notre pratique doit donc nous permettre de choisir entre…

Réponse à un lecteur à propos de l'efficacité

Image
Je fais ici réponse au commentaire de Wil Poma au sujet de l'article : Où est l'efficacité de l'Aïkido ?
Wil Poma : "est ce que ce n'est pas se plier à repondre à des gens qui ne sont pas en phase avec ce qui fait venir les pratiquants motivés sur les tatamis? ce que je veux dire pas là c'est que cette question est vaine. pour les pratiques affichent un efficacité on sait très bien que cela n'est jamais vrai. alors poser la question pour l’Aïkido... revient juste à déplorer les manques. cela me fait penser à des gens qui parlent des films de super héros en disant il n'y a pas d'histoire... ou des films intimistes disant il n'y a pas d'entrées. mais quand je vais voir un film avec des couleurs et des effets spéciaux je sais ce que je vais chercher. et quand je vais voir un film avec deux personnes qui parlent dans un appartement je sais aussi ce que je vais voir et les question annexes en fait ne me regardent pas. ce que je veux dire pas là c…

C'est ma tribu !

Image
Il y a de cela quelques semaines, j'ai invité au dojo une enseignante de technique Alexander. Régulièrement j'invite des intervenants extérieurs, professeurs dans d'autres disciplines, afin de permettre à mes élèves d'élargir leur horizon, de progresser et aussi de m'enrichir personnellement. J'avais choisi cette enseignante pour la finesse de son approche et les liens que l'on peut produire entre la méthode Alexander et la pratique Kishinkaï.
Bref. A un moment donné elle a proposé un exercice où le contact avec le partenaire était important. Elle a alors demandé aux élèves de verbaliser ce que ce contact éveillait en eux (la sensation, l'émotion, etc.).
Un de mes élèves, pratiquant depuis quelques années, a répondu : "je ne serais pas à l'aise avec tout le monde, mais ici c'est différent : c'est ma tribu !"

J'ai été frappé par sa réponse. Bien sûr, j'ai ressenti de la fierté. Ceux qui ont créé leur propre dojo le savent, …

Une vie de pratique - Interview de Jean-Marc Chamot (2/2)

Image
Voici la seconde partie d'une interview que Marie Apostoloff a réalisé avec mon père en 2015 pour Dragon Magazine (n°9). La première partie se trouve ici.
Comment faites-vous travailler le mental à vos élèves? Mettez-vous en place des exercices particuliers ?Oui, j'attends de mes élèves que chaque chute à peine finie, ils soient déjà debout, dans un état de vigilance et de disponibilité. Cette idée va de pair avec le soin mis à ne jamais se laisser abattre. C'est également par le biais de remarques que je tente de leur apporter du grain à moudre, mais, dans tous les cas, on ne peut pas tout donner au début. Il y a beaucoup (trop ?) d'éléments à prendre en compte, tout le monde n'est pas susceptible d'absorber la même quantité d'informations, chacun se construit à son rythme... Il faut juste essayer de guider ceux qui désirent ce genre d’accompagnement. C'est surtout lorsque les pratiquants commencent à évoluer que l'on peut enfin leur apporter ce qui…