Articles

Dragon Magazine n°28 / #1 : Ushiro

Image
Le dernier Dragon Magazine spécial Aïkido vient de sortir. Il change de nom et s'appelle à présent "Self & Dragon Spécial Aïkido". Voici l'édito que j'avais écrit :
Le signe de la martialité L'exemplaire que vous tenez entre les mains a pour dossier central « Ushiro Waza », les techniques arrières. Faisant logiquement suite au numéro traitant de Zanshin, ce nouveau thème nous rappelle que les origines de l'Aïkido ne sont pas (que) celles du duel réglé à armes égales. Comme le souligne Benoît Hauray, attaquer par derrière signifie une profonde rupture avec les codes moraux et sociaux. Et cela vient directement questionner notre rapport à ce que nous appelons entre Aïkidokas la « martialité ». Si le mode opératoire mis en place pour une telle étude est très variable d'une école à l'autre, de nombreux experts soulignent l'intérêt de ce travail pour permettre l'ouverture des perceptions de l'adepte. S'il a été jugé fondamental par les c…

L'aigreur de l'Aïkido

Image
Il arrive régulièrement que l'on rencontre des pratiquants déçus par l'Aïkido. La discipline n'a pas correspondu à leurs attentes, leur idéal de pureté a été floué par un professeur ou des pratiquants n'incarnant que l'expression d'un ego surdimensionné...
Cela est certainement malheureux, car nombreux sont ceux qui ont néanmoins pu goûter les bénéfices de cette pratique.

Aussi, on se retrouve souvent à blâmer les « mauvais professeurs » et les « pratiquants ineptes » qui n'ont « rien compris au film ». Il me semble, a contrario, que ces derniers expriment simplement une faille qui existe dans l'Aïkido. Cette faille est purement mécanique : les techniques de l'Aïkido ne fonctionnent pas !


Toutes les techniques ? Non ! Seulement certaines. On peut même dire qu'en fait il ne s'agit pas des techniques, mais de la manière dont elles sont effectuées. En somme, la forme ou le style sont cruciaux. Il y a mille façons d'effectuer ikkyo. D'une cert…

Arikawa Sadateru, le maître de l'ombre - par Jean-Marc Chamot

Image
J'aimerais revenir sur la personnalité d'un de ces personnages discrets qui ont souvent joué des rôles considérables dans l'histoire de l'Aïkikaï de Tokyo, à savoir Arikawa Sadateru (1930-2003).
Lors de mes visites au Japon dans les années 80, je n'avais malheureusement jamais trouvé le temps d'assister au cours du mercredi que cet expert –à la réputation de pratiquant pour le moins « rugueux »– donnait à la maison mère où il avait commencé à pratiquer en 1948. Aussi, lorsqu'au début des années 90, Gérard Gras, Président FFAB de la Ligue d’Île-de-France, a proposé de l'inviter par l'entremise de Stéphane Benedetti, j'ai été ravi par la perspective d'avoir enfin la possibilité de suivre son enseignement. Je n'ai pas été déçu car Maître Arikawa s'est véritablement révélé conforme à sa réputation de personnage original. Il était de taille moyenne –celle d'un japonais de sa génération– mais très solidement bâti. Sa chevelure formait…

En Aïkido, doit-on être fort ?

Image
Voici un article de fond écrit par mon ami Rémi Nahon. Je l'ai sollicité pour écrire pour Dragon Magazine autour de la thématique de la force. Rémi est un jeune pratiquant talentueux que j'ai rencontré au dojo de mon père il y a déjà plusieurs années. C'est un chercheur acharné qui s'appuie sur sa pratique de la méthode scientifique pour aller au-delà des apparences. Ses réflexions pertinentes m'inspirent toujours. Si nos sempaïs nous stimulent parfois, cela peut aussi être le cas de nos kohaïs ! Je suis certain que vous trouverez là matière à réflexion.
L’Aïkido est l’une des rares disciplines physiques dont beaucoup prétendent qu’elle ne repose pas sur les capacités athlétiques ou la force musculaire de ses pratiquants. Ainsi la question « Doit-on être fort en Aïkido ? » semble n’appeler qu’une évidente réponse négative. Nous allons toutefois, à travers cet article, tenter de réfléchir à différents sens que peut revêtir le fait d’être fort et aux raisons pour lesq…